artistes   programme  livre & catalogues   contact    invitations

galerie marie vitoux

Alexandra Duprez



2014 - Huile sur carton - 146 x 141 cm

 


2014 - Huile sur carton - 141 x 146 cm



2014 - Huile sur carton - 100 x 140 cm

 


2014 - Huile sur toile - 137 x 163 cm

 


2014 - Huile sur toile - 137 x 144 cm

 


2014 - Huile sur toile - 157 x 183 cm



2014 - Huile sur toile - 164 x 110 cm



2014 - Huile sur toile - 147 x 114 cm

 


Silhouette points noirs - 2014 - Huile sur toile - 164 x 110 cm

 


Homme souffle 2013 - Huile sur carton - 104 x 140 cm

 


2014 - Huile sur toile - 147 x 114 cm

 


Chiens et visage masqué - 2013 - Huile sur carton

 


Jumeaux- 2013 - Huile sur carton

 


2014 - Huile sur carton - 149 x 133 cm

 


2014 - Huile sur carton - 32 x 20,8 cm


Huile sur carton - 20 x 24 cm


Huile sur carton - 22 x 24,5 cm


Huile sur carton - 28,5 x 20,5 cm


2014 - Huile sur carton - 27 x 30 cm


2014 - Huile sur carton - 40 x 50 cm


2014 - Huile sur carton


2014 - Huile sur carton - 28 x 22,1 cm

 

 

 

Alexandra Duprez

Née en 1974, vit et travaille en province.
Expose depuis 1995.
Expositions personnelles à la galerie depuis 1998
Nombreuses expositions en galerie en France et en Belgique
Collections privées.
Catalogues : Edition Casta Diva, Galerie Pierre Marie Vitoux

 

D'où vient que cette jeune artiste donne l'impression de peindre les interstices de nos tourments intimes? D'un sens à la fois primitif et bouddhiste de la fragilité de l'être humain, partie infime du cosmos, au même titre que les plantes ou les animaux. Les corps sont atomisés ou agglomérés. Siamois jusqu'à la confusion confondante. Parfois même absorbés par le néant, au-dessus de chaises vides. Les têtes sont à l'envers, encastrées dans le torse, comme des miroirs qui ne peuvent pas réfléchir davantage. A moins qu'il ne s'agisse de salutaires retournements de situation. Les mains sont plaquées sur des robes, mailles amicales ou empiècements de chairs. Coupées de leur membre directeur, caresses suspendues ou appels au secours.

Marine Landrot

De cette ritournelle grave et ludique qui se déroule sous nos yeux, comme le ferait une peinture pariétale, se dégage une poésie éloquente. La couleur cerne, le trait effilé dessine, écrit, reprend et surajoute aux aplats un graphisme inducteur de sens. Mais y a-t-il un sens? Le rêve éveillé d'un cavalier, le sommeil dans les limbes, les oiseaux qui chantent dans la tête, les ramures capillaires, l'envers et l'endroit, le monde s'ouvre sur le regard intérieur.

Lydia Harambourg


Les peintures, les dessins rafraîchissent l'espace. Vous êtes sour le charme, une sorte de grâce. Méfiez-vous il y a de la diablerie sous cette poétique. Ensorcelés, votre sens commun est contrarié, vos certitudes mises en péril.
Vos errances, vos petits exils dans cet univers sans heurt, léger, vous parlent des liens qui sont ceux de tous les possibles...

Marie Vitoux



Précédentes expositions